Mali : Gigantesque marche monumentale contre la révision constitutionnelle à Bamako

Fri, 2017-06-23 12:01
Submitted by mcoul

Tôt ce samedi, 17 juin 2017, une foule de personne a pris d’assaut la place de la liberté à Bamako, point de départ de la marche pour protester contre le referendum constitutionnel prévue pour le 9 juillet par le Gouvernement.

Marche

Bientôt trois mois, dans les bureaux, les ateliers comme dans les grins, même dans les marchés, le sujet le plus brûlant sur les langues est la révision constitutionnelle. Beaucoup d’observateurs relèvent des insuffisances notoires au projet de constitution tendant à mettre en cause la démocratie notamment la séparation des pouvoirs. Les pouvoirs du Président se verraient renforcer à la limite d’autres qualifiés cela de monarchie.

Ainsi à l’appel de la plateforme "ANTÊ ABANA, TOUCHE PAS MA CONSTITUTION", plusieurs centaines de milliers de personnes, malgré le ramadan et le soleil ardent ont battus le pavé avec détermination pour le retrait pur et simple du projet de nouvelle constitution.

De la place de la liberté à la Bourse de travail en passant par la place OMVS via le boulevard de l’indépendance, les marcheurs ont été scandés beaucoup de slogans, souvent très dure à l’encontre du régime aussi bien en français qu’en bambara. «Touchez pas à ma constitution», « An te Abana », « A bas le Referendum !», « IBK Carton Rouge» sont entre autres des slogans qui revenaient tout au long de la marche.

En tout cas, les acteurs de la Société Civile en majorité les mouvements sociaux (jeunes, femmes), ONG, syndicats, artistes, leaders d'opinion, religieux, responsables de partis politiques, habillés en rouge, noir et blanc n’ont pas cachés leur ras le bol. Pas question de referendum tant qu’une partie du pays est occupée par les bandits armés et terroristes martela un marcheur. On notait la présence du Président du Forum des OSC, des artistes comme Master Soumi et Milmo et leader d’opinion tel RasBath. Des hauts cadres même du parti au pouvoir, ainsi que des membres d’institutions de la république notamment l’Assemblée Nationale, le Haut conseil des Collectivités et même du Conseil Economique, Social et culturel étaient également de la partie.

Malgré un dispositif impressionnant de sécurité surement pour dissuader, ce fut vraiment une marée humaine, comme pour dire que le peuple veille bien au grain. La marche s’est terminée sans incident, dans la discipline en contradiction avec les fausses rumeurs qui circulaient.

Par ailleurs, les marcheurs estiment que la priorité est ailleurs, le nord et une grande partie du centre échappe à l’autorité de l’Etat. Dans ces conditions le referendum sera une violation de l'article 118 de la Constitution de 1992, qui stipule qu’«aucune procédure de révision constitutionnelle ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire national ».

Enfin à défaut d’obtenir le retrait du projet par le président de la République, la plateforme "ANTÊ ABANA, TOUCHE PAS MA CONSTITUTION", compte sensibiliser pour mettre en échec le processus. Une seconde marche est prévue le samedi 1er juillet 2017. En cas de referendum, ils vont bourrer les urnes a indiqué un marcheur.

Le moins qu’on puisse dire, cette mobilisation des forces vives pour ne pas du front anti révision constitutionnelle doit amener le régime à réfléchir par deux fois avant de…

M Coulibaly